Formations obligatoires : Point sur les plus demandées


Mardi
16 novembre 2021

Les formations obligatoires les plus demandées à la Capeb 

Au même titre que d'autres formations professionnelles, les travailleurs du BTP doivent suivre obligatoirement un certain nombre de formations en santé et sécurité. Elles sont essentielles car elles permettent à l'artisan d'adopter les bons gestes pour pratiquer son activité en toute sécurité et ainsi garder sa santé et celle de ses collègues. Cet interface entre l'entreprise et la prévention du risque est l'un des rôles majeurs de la Capeb.

Réduire le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles, gagner en compétences et en performance, respecter les obligations réglementaires. Ce sont là les finalités des formations imposées dans le BTP. À la fois pour une meilleure connaissance des risques, des moyens de prévention, l’adoption de réflexes permettant une efficacité accrue au travail. L’entreprise y gagne également en crédibilité et en professionnalisme, via l’application des règles de sécurité.

Une diversité de pathologies

La Capeb , en tant qu’organisme représentatif des artisans du bâtiment, joue un rôle déterminant d’interface avec les entreprises du département quant à ce volet primordial de la formation. Sa cellule dédiée propose en effet un panel de prestations visant à conseiller dans le choix des formations les plus adaptées pour le dirigeant artisan, son conjoint, ses salariés, l'aider à trouver le bon formateur et les financements, bâtir avec lui un plan de formation, gérer les dossiers administratifs en découlant. Avec deux alliés majeurs dans cette démarche qualitative : le FAFCEA (pour la formation des chefs d'entreprise non-salariés et des conjoints collaborateurs) et CONSTRUCTYS (pour la formation de salariés) quant aux critères de prise en charge.

Alors que le secteur du bâtiment et des travaux publics représente plus de 8 % des salariés inscrits au régime général (statistiques nationales de la sinistralité de l’Assurance Maladie - Risques professionnels), ce sont chaque année 8 millions de jours de travail qui sont perdus, en lien avec les accidents du travail et les maladies professionnelles. Pour les entreprises, c’est l’équivalent de 36 000 emplois à temps plein, pour un coût direct de plus de 1 milliard d’euros, versés au titre de leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles. Plus de 40 % de ces arrêts sont en lien avec le mal de dos. De nombreuses maladies professionnelles sont reconnues dans le secteur du BTP : troubles musculosquelettiques, pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante, atteintes auditives.

 

La prévention, facteur majeur

Du côté de la Capeb, les formations les plus demandées par les entreprises peuvent se scinder en deux blocs.

Le premier concerne l’aspect technique et sécuritaire des missions.

On y retrouve celles liées au CACES - nacelle, engin de chantier, chariot - et aux échafaudages fixes (de pied) et roulants. Il s’agit ici, d’une part, d’acquérir les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique à la conduite en sécurité de l’engin concerné, de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir les risques dus à son installation, et, d’autre part, d’appréhender toutes les conditions et contraintes du travail en hauteur. On trouve également dans ce registre l'habilitation électrique normée. Le second bloc est relatif à la sécurité dans son volet prévention des accidents ou maladies professionnelles (TMS) : sauveteur secouriste au travail, formation gestes et postures - quant aux manutentions manuelles -.

Également, une formation sur les risques de l’amiante - les matériaux inhérents - s’adresse au personnel opérateur ou encadrant de chantier. Au cours des 30 dernières années, un conséquent dispositif de mesures de prévention des risques professionnels a réduit très nettement le nombre d’accidents du travail et des différents types de risques associés. Néanmoins, le BTP reste l’un des secteurs les plus sinistrés, avec 56 accidents du travail enregistrés pour 1 000 salariés (la moyenne de tous les secteurs est autour de 34). Des manquements en matière de sécurité et de protection de la santé continuent d’être constatés sur les chantiers, pouvant mener à des accidents graves. D’où la nécessité de formations accrues et poussées.

Notre service formation se propose de vous accompagner dans vos démarches.

Pour toute question contactez Aline 03.86.46.33.43 ou capeb89.aline@wanadoo.fr


Partager cet article sur les réseaux sociaux